Être capable de lire la musique est essentiel pour certains styles de guitare, et facultatif pour les autres.

Il y a généralement beaucoup de débats et de confusion lorsque l’on aborde le sujet du solfège et encore plus lorsque l’on associe les termes guitaristes et solfège. Dans cet article nous allons essayer de comprendre pourquoi ce genre débats survient et nous tenterons de clarifier les choses pour savoir qui doit et qui ne doit pas apprendre le solfège. (cela est valable surtout pour les guitaristes, mais aussi pour les autres musiciens)

Chaque force est une faiblesse potentielle

Certaines personnes sont naturellement de bons joueurs de guitare, ils apprennent à jouer en regardant et en écoutant les autres joueurs. C’est très bien comme ça et même c’est génial d’être capable d’apprendre de cette façon. La capacité de juste regarder quelqu’un faire quelque chose comme jouer de la guitare, et ensuite d’être capable de le reproduire est une grande qualité. Cependant, cette force peut aussi être une faiblesse, pourquoi ?

La guitare et le solfège

Ceux qui se croient extrêmement doué à la guitare ont une faiblesse

Souvent, la personne qui est en mesure d’apprendre de cette façon commence à considérer avec dédain (en disant mépris j’y serais peut être allé un peu fort, mais vous compris 😉 les aspects plus formels de la musique et de l’apprentissage de la guitare.

Les choses comme prendre des leçons, apprendre à lire la musique, appliquer une méthode, faire des exercices, tout cela l’ennuie et elle ne considère pas cela utile pour elle. Elle commence à se former certains systèmes de croyances sur le sujet.

Ces systèmes de croyances peuvent ensuite s’avérer dangereux, car ils empêchent la personne qui les détient de grandir et de se développer comme elles le pourraient si elle était complètement libre et n’avait pas ses croyances limitantes dans certains cas.

Même si vous êtes naturellement un bon joueur de guitare, que vous avez des facilités à apprendre, il viendra un jour où vous vous heurterez à certains concepts musicaux qui vous bloqueront sur place. Vous serez incapable de les comprendre, car vous ne connaitrez pas le solfège et la théorie musicale.

Apprendre à lire la musique et apprendre le solfège est un moyen d’augmenter vos chances d’être le meilleur musicien que vous pouvez être et de vous réaliser complètement.

Examinons maintenant quelques-unes des raisons pour lesquelles une personne pourrait adopter un système de croyances qui dit que «c’est une mauvaise chose d’apprendre à lire la musique, le solfège, cela ne sert à rien, du moins pour moi ».

Je suis un génie, et les Dieux de la guitare murmurent directement à mon oreille

La force de l’égo ou le syndrome du guitare héro

La plupart des gens ont un ego, une «idée» ou «image» de ce qu’ils sont, et quelle qu’elle soit, cette image comporte certaines limitations. Cette image devient aussi notre loi intérieure. Nous devons nous montrer à la hauteur de cette dernière. Nous devons garder une liste mentale de toutes les choses qui soutiennent notre action, et aussi une liste des choses que nous devons éviter, car elles ne correspondraient pas à notre loi.

Dans certaines professions, garder votre image est essentiel à la survie par exemple en politique ou le moindre faux pas est vu comme une faiblesse par la presse. Un acteur, une célébrité ou plus simplement un artiste en sont d’autres exemples.

Par conséquent, il est très fréquent, surtout dans les premiers stades de musicien, d’adopter la posture : « je suis un génie de la guitare qui a juste besoin de prendre sa guitare pour jouer comme Jimi Hendrix ».

Le syndrome du guitare hero

Les artistes romantiques inspirés et la guitare

Le musicien qui joue ce rôle a décidé d’être un « artiste romantique inspiré ». C’est l’image de l’artiste qui puise son inspiration dans une source divine. Il ou elle aime à croire (et aime que les autres croient), qu’un des Dieux de la guitare, ou peut-être un de leurs anges, chuchote directement dans leur oreille, et qu’il est préférable de ne pas altérer ce processus par aucune forme de contrainte ou méthode.

Si elles interfèrent avec ce processus en obtenant une «éducation», les Dieux de la guitare risquent de se fâcher, et cesser de murmurer à leur oreille. Ces derniers s’arrêteraient directement de leur inspirer toutes ces grandes idées musicales et ils deviendraient des gros nazes de la guitare.

En dessous de ce sentiment se cache en fait le sentiment qu’ils sont comme tout le monde juste un autre aspirant guitariste. C’est pour cette raison que cette croyance est particulièrement répandue parmi les débutants. Alors qu’ils débutent et qu’ils sont débutants guitaristes, ils souhaiteraient être spéciaux.

La bonne attitude pour progresser à la guitare

Si vous avez ce « syndrome» (ce n’est pas grave rassurez vous ;-), il est important d’en avoir conscience et d’essayer autant que possible de ne pas exagérer les choses. Sinon cela risquerait de vous éloigner des ressources et des situations qui vous auraient permis de grandir et de vous développer comme guitariste.

L’exemple de Beethoven

Ludwig van Beethoven guitare

Vous pourrez alors citer Beethoven. Il est sans doute un des musiciens qui était le plus «divinement inspirée». Sa musique vivait en lui et quand il la jouait, les gens étaient transportés par des émotions intenses.

Quand il était jeune, il disait aux gens: «Je n’écoute jamais de musique d’autres compositeurs, cela nuirait à mon originalité”. Il disait cela, mais il était plein de faux semblants, et il le savait. Il passait en réalité une grande partie de son temps à étudier avec les plus grands compositeurs et professeurs de solfège de son époque.

Il ne se contentait pas seulement d’écouter leur musique, il l’étudiait, note par note. Beethoven était intelligent, il savait que c’était une bonne chose pour lui de s’entourer de gens qui l’admireraient pour son génie. Il était jeune, et il était alors difficile de se bâtir une carrière en tant qu’artiste.

Par conséquent, il utilisa cette image de «l’artiste divinement inspirée» à son avantage, et cela l’aida à se faire connaitre et à rester dans l’esprit des gens. Ce qu’il est important de remarquer ici, c’est qu’il n’était pas aveuglé par cela et qu’il savait qu’il avait besoin de développer ses facultés créatrices pour une étude et une éducation adaptée.

L’exemple de Louis Armstrong

Louis armstrong guitare

Un autre artiste, qui possédait ce type d’attitude était Louis Armstrong. Lorsqu’on lui demandait s’il connaissait le solfège, il répondait : «Pas assez pour que mon jeu en pâtisse ».

Je ne crois qu’il était 100% honnête en disant cela, il disait cela probablement pour se faire mousser un peu et promouvoir cette image du regarde « je suis un génie, je n’ai rien besoin d’apprendre pour jouer comme un dieu ».

Il y a cependant une vérité cachée dans cette attitude, elle est la suivante : le solfège, la technique, tout comme la lecture de mots, ne vous donnent pas le talent.

Être capable de comprendre la musique, ne signifie pas que vous serez capable de dire quelque chose avec. Quand vous êtes musicien, avoir quelque chose à dire (musicalement parlant), c’est cela l’essentiel.

Aussi, si vous avez du talent, que vous avez quelque chose à dire, apprendre le solfège ne vous fera pas plus de mal, mais fera de vous un meilleur musicien.

Ainsi s’achève la première partie de cette article, la suite par ici : Qui doit et qui ne devrait pas apprendre le solfège ? Partie 2

En attendant, dites moi dans les commentaires ce que vous pensez de ces histoires.